Accueil du site / Rupture Sénégal / Un lieu symbolique

Le choix de réaliser le séjour de rupture en Afrique ne s’est pas fait par hasard.

L’éloignement géographique et la rencontre avec une autre culture sont des conditions indispensables de la rupture, synonyme de perte des repères usuels. Les jeunes se retrouvent dans un collectif inédit qui a des manières de faire éducatives propres. Nous sommes là au coeur de la pédagogie institutionnelle, fondement méthodologique de notre projet.

La région de la Casamance et plus particulièrement le village de Kuba offrent encore une tradition forte emprunte d’humanité, de rites de passage, de respect des anciens et un lien puissant à la "terre mère". Le fait de découvrir d’autres systèmes de règles et de normes avec des pratiques de convivialités différentes permet de conquérir une position critique, d’effectuer des choix, de considérer la valeur relative de certaines obligations et conventions. "Cette relativité autorise la construction d’une éthique personnelle, autonome, permettant à ces jeunes d’advenir comme sujets indépendant et responsables." (Jacques Selosse)

P.-A. Guyot parle d’une clinique pédagogique transculturelle qui permet de restituer une transmission, une mémoire personnelle et finalement d’inscrire le jeune dans un héritage. Cette plus-value de l’interculturalité se joue sur plusieurs dimensions :
- Une dimension ludique ;
- Une dimension corporelle ;
- Une dimension oblative qui autorise les dons ;
- Une dimension anthropologique qui convoque les éléments du rite de passage à l’âge d’homme.

La ponctualité, en trois temps - avant, pendant, après -, de ces rites traditionnels rythme d’ailleurs l’ensemble du projet Oupakola. Une phase de préparation au séjour aboutissant à l’éloignement ; une traversée où il faut oser l’aventure pour se découvrir et enfin un retour à la communauté, riche d’une expérience et d’un statut symbolique nouveau.